Select Page

Aujourd’hui je reviens avec un article quelque peu inhabituel… Mais ça fait longtemps que ça me trotte en tête et pis merde, c’est mon blog et voilà.

Bon, vous le savez peut-être ou pas, mais en plus d’être étudiante, je travaille dans un magasin. Et, sérieusement, les gens, ça vous fait si mal que ça d’écouter un minimum ce que la personne vous dit? Pourquoi est-ce qu’une petite caissière est forcément si inférieure à vous? Hé non, elle bosse là pour se payer des études qui lui permettra probablement d’avoir un diplôme supérieur à ce que vous avez (oui la petite caissière elle est fière de faire des études, encore heureux en même temps).

Parce que bon, quand c’est le mec un peu genre homme d’affaire qui te prend de haut, bon tu prends sur toi et tu te marres quand tu lui proposes un sac, qu’il te dit non sans vraiment faire attention et à la fin, il te reprend en te disant d’un air hautain “Et…j’peux avoir un sac?” (genre “hey fais voir ton boulot jusqu’au bout!”) et que tu lui dis, avec ton beau sourire commercial “Mais monsieur, je vous l’ai proposé, vous m’avez dit non….”.

Ha, oui, j’éprouve un grand plaisir à les voir se sentir con et redescendre un peu sur terre. Ce plaisir devient même un peu sadique quand c’est la personne qui est avec eux qui le leur fait remarquer.

Mais bon, quand c’est l’ado qui vient se faire rembourser un truc déjà vaguement remboursable, que tu lui demandes s’il a la carte avec laquelle il avait payé, qu’il te dit non et que tu lui précises bien que tu es obligé de rembourser avec un _BON_CADEAU_ et qu’il te dit ”ouais ouais”, que tu t’exécutes gentiment et que pour finir il est pas content et veut son argent, que tu dois appeler le responsable, tout ça tout ça, c’est chiant. Parce que du coup, le mec, t’as l’impression d’être sa mère. Tu lui rappelles que c’est important d’écouter, qu’on n’est pas là juste pour faire joli, qu’il s’agit d’argent, des sommes importantes, c’est pas rien. Et lui, il se sent pas juste con pendant 2 secondes, comme l’homme d’affaires, non, lui il a l’air du petit enfant qui est au tableau et qui ne sait pas répondre à la maîtresse, qui te dit timidement “désolé, c’est vrai, j’ai pas écouté”.

Le truc qui m’a le plus choquée, et heureusement c’est un épisode unique où j’ai eu une forme de “violence” dans mon parcours. Un vieux monsieur, le genre avec un pull jaune et un bonnet bleu, avec une barbe blanche, qu’on verrait bien sur un petit bateau.

Il se trouve que dans le magasin où je suis, on fait payer les sacs maintenant. Une somme symbolique de cinq centimes. Je propose un sac au monsieur en lui précisant le prix, et il accepte. Au moment de l’addition, il se rend compte qu’il y a cinq centimes facturés en plus et a viré, d’un coup, du petit vieux tout chou, au mec vraiment énervé. Quand je lui précise gentiment que je lui ai dit qu’il y avait 5 centimes pour le sac, il me l’a jeté à la figure et est parti. (il est pour finir revenu une minute après en réclamant fermement que je lui devais 5 centimes).

Bref, en étant petite caissière, notre voix n’a plus d’importance pour beaucoup et franchement c’est impressionnant comme les gens mettent complètement une barrière entre vous et eux, comme si le fait d’être petite caissière était contagieux, que peut-être si leurs enfants s’approchaient trop, il risquaient de finir petites caissières et petits caissiers au lieu de grands docteurs et grands avocats. Sachez, Mesdames, Messieurs, que pour devenir grand docteurs et grands avocats, il faudra peut-être qu’il passent par la case petits caissiers, et ce sera pas si terrible que ça.

Pin It on Pinterest

Share This